Gestion de la migration et des frontieres au Burkina Faso

Number of Pages: 
104
Year: 
2017
Electronic copy only
Description: 

La gestion de la migration est un système d’institutions, de cadres juridiques, de mécanismes et de pratiques visant à réguler la migration et à protéger les migrants. Elle est d’une importance capitale pour les Etats qui doivent du coup bien encadrer les conditions d’entrée, de séjour et de sortie de leur territoire.

Chaque année, on compte quelques 2,5 millions de personnes entrant et sortant du Burkina Faso. Pays de migrations, le Burkina Faso participe aux efforts d’intégration régionale entrepris par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest et par l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine à travers la libre circulation des personnes et des biens. Les autorités nationales, à travers la mise en place de structures administratives et l’adoption d’un cadre juridique relatif à la gestion de la migration et des frontières expriment leur volonté d’encadrer les flux des mobilités de personnes. L’on note à ce propos un élan dynamique récent dans la sécurisation des frontières, qui nécessite néanmoins de faire l’objet d’une analyse approfondie en vue de servir notamment de base de référence pour tout travaux visant à améliorer au plan politique, administratif et juridique, la gestion de la migration et des frontières au Burkina Faso. Cette étude a aussi vocation à alimenter les premières réflexions sur la prise en compte de la migration tant dans le référentiel national en matière de développement que dans les politiques sectorielles et dans les politiques locales en lien avec la décentralisation.

En dépit de la volonté affichée, il ressort que les cadres administratifs de la gestion de la migration et des frontières exigent une coordination des services tant au plan interne que transfrontalier. Il ressort également que les textes sont épars et peu complémentaires. D’où la nécessité d’adopter un code de la migration qui compilerait l’ensemble des textes qui règlementent la gestion de la migration et des frontières, et surtout de définir clairement les modalités d’octroi des visas d’entrée. Il ressort en outre et surtout que les politiques, plans et stratégies de développement, tant nationaux que locaux, font peu ou prou référence à la gestion de la migration et des frontières du fait du caractère multisectoriel et transversal de la question.

Pour une gestion idoine de la migration et des frontières, il faut alors accorder une attention particulière à l’intégration explicite de la question dans les politiques, plans et stratégies, au renforcement du cadre juridique et des capacités institutionnelles, opérationnelles et humaines. Il faut également rétablir, redynamiser et valoriser les textes juridiques relatifs à la gestion de la migration et des frontières.
La prise en compte des besoins des communautés étant capitale, la conception et la réalisation de micro-projets au sein des collectivités serait aussi judicieuse.